UN BUREAU EN VILLE

Recherche

Je  travaille sur la rencontre,
avec des personnes,
des lieux ou des idées. 

Je cherche à traduire ce qui apparaît lors de la rencontre,
ce qui se dévoile dans l’attention et dans l’écoute,
et ce qui se recouvre d’un voile de complexité,
au fur et à mesure que les relations se tissent.

Dans la rencontre, il y a ce qui la précède, c’est à dire
les façons dont on se représente ce qu’on ne connaît pas encore.
Ce sont des images assez naïves,
comme l’art du même nom mais brumeuses,
comme celles qui nous restent au sortir d’un rêve,
où on a du mal à faire le lien entre une séquence et une autre.

Vient alors la première rencontre. Le contraste entre l’idée initiale
et ce qu’on rencontre réellement vient écraser la première figure
et en offrir une seconde beaucoup plus lumineuse,
et qui tranche sur la réalité quotidienne.

Et puis la relation — ou l’expérience vécue — se met en place :
ce qui était l’objet d’une rencontre devient acteur de notre quotidien... et de nos contradictions.

La représentation redevient trouble et complexe
mais non plus naïve.

Je fais des arrêts sur image au moment où la première figure
n’est déjà plus qu’un vague souvenir et où la deuxième
commence juste à se recouvrir du voile de la troisième.
À ce moment-là, on a quitté le désir enfantin
de trouver un même (ou une confirmation de soi) mais l’éclairage
que la rencontre a fait sur nos conditions humaines
n’est pas encore noyé sous la relation et ses contradictions.

Cherchant toutes les occasions pour amplifier mon regard
en de nouvelles rencontres, je revendique un savoir-faire hybride,
qui convoque l’art là où on attend les expertises
et qui introduit la science dans le sanctuaire de l’art.

Les productions issues de ma recherche

Ayant suivi des études de lettres, diplômée en architecture (DPLG)
et en urbanisme (DESS) et pratiquant les arts plastiques et graphiques,
j’ai mené ma démarche dans plusieurs cadres :
rénovations  urbaines, analyses territoriales, commandes ou résidences artistiques, projets personnels.
Les formes et les outils que j’ai adoptés pour en rendre compte sont eux-aussi pluriels,
même si mon domaine privilégié est le graphisme. Mais quel que soit l’objectif de la commande,
celle-ci a toujours été pour moi l’occasion d’interroger une fois de plus la rencontre;
et de le faire à chaque fois d’une façon différente,
pour générer aussi des rencontres avec de nouveaux médiums
et de nouvelles postures.